Facilitation des échanges

enter image description here

Les échanges entre pays facilitent le développement économique et de nombreux pays misent sur l’exportation de grandes quantités de produits agricoles et végétaux, tels que les fruits, les légumes ou le bois, pour soutenir leurs économies. D’autres pays dépendent de l’importation de produits végétaux tels que les cultures vivrières pour nourrir leur population et doivent ainsi garantir des approvisionnements adéquats, tout en préservant leur production agricole contre les organismes nuisibles et en protégeant leur écosystème. Le commerce mondial présente un risque sans précédent de voir les organismes nuisibles aux végétaux se déplacer et se répandre dans de nouvelles zones. Il importe par conséquent de faciliter les échanges, tout en minimisant les risques phytosanitaires à l’importation comme à l’exportation.

La mise en œuvre appropriée de la CIPV et des normes internationales y relatives joue un rôle essentiel dans la facilitation des échanges. Néanmoins, les normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMP) ne peuvent être correctement mises en œuvre sans l’environnement propice et fondamental créé par l’application des dispositions de la CIPV. Une fois que les bases et le cadre législatif/réglementaire de l’organisation nationale de la protection des végétaux (ONPV) ont été jetées, d’autres composantes du système phytosanitaire national peuvent être activées. En outre, l’utilisation appropriée des nouvelles technologies, telles que la certification phytosanitaire électronique, permettra de faciliter les échanges et de garantir que les envois de produits alimentaires et agricoles ne posent pas de risques phytosanitaires.

Fondées sur des données scientifiques, les NIMP sont élaborées par les Parties contractantes à la CIPV et sont reconnues par l’Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires (Accord SPS) de l’Organisation mondiale du commerce, qui vise à faciliter l’innocuité des échanges des produits alimentaires et agricoles. Les NIMP fournissent aux pays des orientations harmonisées à l’échelle mondiale afin de réduire au minimum le risque phytosanitaire sans pour autant créer d’obstacles injustifiés au commerce, permettant ainsi de faciliter leurs exportations et importations de végétaux et produits végétaux. Ces normes comprennent des directives pour l’analyse du risque phytosanitaire (ARP), en tant que base scientifique pour l’application de mesures phytosanitaires les moins restrictives possible pour les échanges, ainsi que des traitements phytosanitaires destinés à s’assurer de l’innocuité des produits végétaux avant leur entrée dans un pays tiers.