Aider les pays à empêcher l’introduction de la chenille légionnaire d’automne sur leur territoire

Posted on lun, 13 Sep 2021, 08:53

Responsive image

© FAO/Lekha Edirisinghe

Rome, 13 septembre 2021 – La chenille légionnaire d’automne a été détectée dans plus de 70 pays, si bien que la lutte contre cet organisme nuisible est désormais considérée comme une priorité dans plusieurs régions du monde. D’après la FAO, à défaut de mesures de prévention et de lutte adéquates, la chenille légionnaire d’automne pourrait détruire jusqu’à 17,7 millions de tonnes de maïs par an, soit une quantité de nourriture suffisante pour nourrir des dizaines de millions de personnes. Capable de parcourir jusqu’à 100 km par jour et ayant un taux de reproduction élevé, cet organisme nuisible peut se propager rapidement d’un pays à l’autre, notamment par le biais du commerce et des voyages internationaux. Une fois introduite et établie dans un nouveau territoire, la chenille légionnaire d’automne est impossible à éradiquer. C’est pourquoi il est essentiel d’empêcher son introduction et sa dissémination afin de limiter les risques pour la sécurité alimentaire et l’agriculture.

Le Secrétariat de la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV) a élaboré des directives relatives à la prévention, à la préparation et à l’intervention afin d’empêcher la propagation de la chenille légionnaire d’automne dans de nouvelles zones. Ces directives s’adressent aux organisations nationales de la protection des végétaux des pays où cet organisme nuisible est réglementé en tant qu’organisme de quarantaine. Élaborées dans le cadre de l’Action mondiale de la FAO pour la lutte contre la chenille légionnaire d’automne, en consultation avec les régions Europe, Proche-Orient et Afrique du Nord et Pacifique, les directives de la CIPV relatives à la lutte contre Spodoptera frugiperda proposent des mesures harmonisées au niveau mondial que les pays peuvent mettre en œuvre afin d’empêcher la dissémination de cet organisme nuisible sur leur territoire.

Les directives expliquent en détail la façon dont les pays peuvent élaborer leurs plans de prévention, de préparation et d’intervention contre la chenille légionnaire d’automne et agir rapidement lorsqu’ils détectent l’organisme nuisible sur leur territoire. Les organisations de la protection des végétaux peuvent également appliquer d’autres mesures, comme l’analyse du risque phytosanitaire et des filières, l’inspection et le diagnostic, la surveillance, la communication sur le risque phytosanitaire et le partage d’informations avec les différentes parties prenantes. Une série de webinaires consacrés à la prévention contre la chenille légionnaire d’automne sera également organisée par le Secrétariat de la CIPV à l’intention de 21 pays du Proche-Orient, d’Europe du Sud et du Pacifique Sud-Ouest. Le Groupe de travail technique sur la quarantaine et les mesures phytosanitaires coordonnera les activités techniques afin d’aider les organisations de la protection des végétaux à se préparer à lutter contre cet organisme nuisible, à ralentir sa dissémination et à prendre des mesures appropriées en temps utile.

Les directives de la CIPV relatives à la lutte contre Spodoptera frugiperda sont actuellement disponibles en anglais uniquement, mais seront traduites prochainement en français et en arabe.

© FAO. Dissémination mondiale de la chenille légionnaire d’automne depuis 2016 (cartographie établie en mai 2021).

.....

Share this news

Subscribe

  • Don't miss the latest News

    If you have already an IPP account LOGIN to subscribe.

    If you don't have an IPP account first REGISTER to subscribe.