Le Sri Lanka organise son deuxième atelier sur l'évaluation des capacités phytosanitaires pour renforcer son ONPV

Posted on mar, 17 Mar 2020, 13:28

Responsive image

Participants à la deuxième mission d'ECP au Sri Lanka, février 2020. © FAO

Colombo, 28 février 2020 – Résolu à améliorer son système phytosanitaire, le Service national de quarantaine végétale du Sri Lanka a effectué l'ensemble des modules de l'évaluation des capacités phytosanitaires (ECP) et a commencé à élaborer sa stratégie nationale de développement des capacités phytosanitaires avec le soutien des parties prenantes concernées.

L'atelier de consensus s'est tenu du 24 au 28 février à Colombo (Sri Lanka) et a été ouvert par M. W. A. Raveen Thushara WICKRAMARACHCHI, chef de l'Organisation nationale de la protection des végétaux (ONPV) du Sri Lanka, M. Sun XUEBING, représentant de la FAO et M. Brent LARSON, chef de l'Unité de la facilitation et de la mise en œuvre du Secrétariat de la CIPV. Ils ont exprimé leur plein soutien pour faciliter la mise en œuvre de l'ECP et ont assuré que les résultats de l'évaluation seraient mis à profit. Sous la supervision de Mme Sarah BRUNEL, chef adjointe de l'Unité de la facilitation et de la mise en œuvre du Secrétariat de la CIPV, un facilitateur de l'ECP formé, M. Ringolds ARNITIS, a présenté quelques outils méthodologiques, notamment l'analyse des problèmes, l'analyse AFOM et le cadre logique, utiles pour corriger les points faibles identifiés dans le module 12 sur la certification des exportations et dans le module 7 sur les diagnostics.

Le dialogue avec les parties prenantes, notamment les autorités douanières, les importateurs et les exportateurs, a été extrêmement fructueux, en particulier en ce qui concerne la législation phytosanitaire nationale. La loi sri-lankaise sur la protection des végétaux date de 1999 et doit être révisée afin d'être conforme à la Convention internationale pour la protection des végétaux. À cette fin, M. W.M.W. Weerakoon, Directeur général du Ministère de l'agriculture, a présenté un exposé sur la façon dont la FAO peut fournir une assistance technique sur les questions juridiques, concluant que la loi sri-lankaise

sur la protection des végétaux doit être modifiée. Le Directeur général du Ministère sri-lankais de l'agriculture et les participants à l'atelier ont convenu que certaines dispositions de la loi actuelle et des réglementations connexes pourraient être assouplies en adoptant des ordonnances adaptées aux circonstances.

L'ONPV du Sri Lanka est maintenant prête à élaborer un plan de travail pour tous les modules de l'ECP avec la participation des parties prenantes concernées.

Les autres pays qui souhaitent effectuer une ECP peuvent en faire la demande auprès du Secrétariat de la CIPV, lequel les aidera tout au long du processus. Pour de plus amples renseignements sur l'ECP, notamment sur ses avantages et les procédures à suivre pour mettre en place le processus, voir la page suivante: https://www.ippc.int/en/core-activities/capacity-development/phytosanitary-capacity-evaluation/.

Participants travaillant sur l'analyse d'un point faible phytosanitaire lors de la deuxième mission d'ECP menée au Sri Lanka, février 2020. © FAO

.....

Share this news

Subscribe

  • Don't miss the latest News

    If you have already an IPP account LOGIN to subscribe.

    If you don't have an IPP account first REGISTER to subscribe.