L’atelier international FAO-CIPV-CIHEAM sur Xylella fastidiosa s’est tenu à Bari (Italie)

Publié on mer, 04 Mai 2016, 13:25

L’atelier international FAO-CIPV-CIHEAM sur Xylella fastidiosa et le syndrome du déclin rapide de l’olivier s’est déroulé avec succès du 19 au 22 avril 2016 à Bari (Italie). L’atelier était organisé par la FAO, la CIPV et le CIHEAM (Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes), avec le soutien de l’Organisation pour la protection des végétaux au Proche-Orient (NEPPO) et de l’Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEEP). Il s’agissait du tout premier atelier international organisé sur Xylella fastidiosa depuis que cet organisme nuisible a été signalé sur des oliviers en 2013 dans la région des Pouilles (Italie). L’atelier a attiré plus de 140 participants issus de 36 pays et huit organisations internationales et régionales. Le Secrétaire de la CIPV, M. Jingyuan Xia, a prononcé l’allocution d’ouverture au nom de la FAO, de la CIPV, de la NEPPO et de l’OEEP. Les membres du Secrétariat de la CIPV M. Orlando Sosa (responsable de l’équipe de la facilitation de la mise en œuvre), Mme Sarah Brunel (responsable de la mise en œuvre) et Mme Adriana Moreira (responsable des normes) ont participé à l’atelier.

L’atelier visait essentiellement à : a) sensibiliser au problème posé par Xylella fastidiosa et à informer sur son impact et les moyens de lutte actuels et potentiels ; b) partager des informations et des expériences en matière de législation, de communication, de sensibilisation, de formation et d’interventions techniques pour éradiquer, contenir et lutter contre cet organisme nuisible ; c) discuter des stratégies, tactiques et mesures qui permettent d’accroître les capacités de surveillance, de diagnostic et de lutte contre cette bactérie ; et d) promouvoir une étroite coopération aux niveaux national, régional et mondial pour lutter contre cet organisme nuisible.

L’atelier comportait trois grandes activités : a) l’examen et le partage d’informations sur certains sujets tels que la situation et l’impact de Xylella fastidiosa, la coopération et les projets internationaux et les aspects législatifs ; b) la formation technique et l’observation in situ des méthodes de surveillance et de diagnostic ; et c) le renforcement des capacités pour la lutte contre Xylella fastidiosa. Les participants ont notamment été formés avec succès aux méthodes et protocoles techniques développés récemment en matière de surveillance, de diagnostic et de lutte précoces, en particulier concernant l’échantillonnage des plantes vecteurs et hôtes grâce à l’utilisation de données recueillies sur le terrain. Le CIHEAM a présenté l’application mobile XylApp, qui aide à rassembler et transférer rapidement les données recueillies sur le terrain vers un serveur Web central pour ensuite présenter les résultats.

L’atelier s’est conclu par un rappel des activités de renforcement des capacités sur Xylella fastidiosa entreprises dans le bassin méditerranéen. Les participants ont convenu qu’il était essentiel de continuer à regrouper des informations sur la bactérie, ses vecteurs et ses espèces hôtes, mais qu’il était tout aussi important de mettre en place un réseau permettant de partager les connaissances, de sensibiliser et de renforcer les capacités des organisations nationales de la protection des végétaux (ONPV) pour lutter contre la dissémination de cet agent pathogène dans d’autres pays.

L’atelier a été couvert par 15 chaînes d’information locales ainsi que par la presse écrite. Extrait d’une couverture télévisuelle.

Catégories

Tags

Fils

RSS / Atom