Recommandations pour la formation des facilitateurs de l’évaluation des capacités phytosanitaires

Posted on lun, 29 Nov 2021, 12:38

Responsive image

Crédit: FAO/Giuseppe Bizzarri

Rome, 26 novembre 2021L’évaluation des capacités phytosanitaires (ECP) est un outil de renforcement des capacités destiné à aider les pays à améliorer leur système phytosanitaire national. Ces 20 dernières années, des ECP ont été menées dans plus de 70 pays grâce au travail réalisé par un solide groupe de facilitateurs dûment formés. Plus récemment, les Bahamas, la Dominique, Fidji, la Mongolie, Sainte-Lucie, le Népal, Trinité-et-Tobago, le Sri Lanka et la Sierra Leone ont eux aussi commencé à effectuer une ECP dans leur pays. Néanmoins, de nombreux autres pays demandent au Secrétariat de la CIPV de les aider à évaluer leurs capacités phytosanitaires nationales.

Entre avril 2014 et décembre 2017, le Fonds pour l’application des normes et le développement du commerce (STDF) a soutenu le projet Formation de facilitateurs ECP afin de constituer un réservoir de personnes formées à l’utilisation de l’outil ECP et de faciliter les évaluations phytosanitaires et l’élaboration de plans d’action dans les pays en développement. L’outil ECP est suffisamment souple pour prendre en compte les spécificités nationales et régionales, qu’elles soient d’ordre juridique ou technique. Ainsi, le soutien des facilitateurs ECP est essentiel en vue d’améliorer la coordination et la cohérence des programmes de protection des végétaux aux niveaux régional et national.

Le projet financé par le STDF visait non seulement à renforcer les connaissances techniques, mais aussi à faire en sorte que les stagiaires comprennent et maîtrisent parfaitement les outils et processus méthodologiques complexes de l’ECP. En 2020, le projet a fait l’objet d’une évaluation rétrospective de la part du Secrétariat du STDF, dont les résultats pourront être utilisés pour actualiser la Stratégie 2020-2030 sur l’ECP, qui sera examinée lors de la réunion de novembre du Comité chargé de la mise en œuvre et du renforcement des capacités.

Par le biais d’études documentaires, d’entretiens semi-structurés et de questionnaires envoyés par courriel, l’évaluation a permis de recueillir des informations sur le projet auprès des participants et des parties prenantes intéressées par le projet et ses résultats. L’analyse contient plusieurs recommandations destinées à renforcer la pérennité des résultats du projet et à promouvoir l’utilisation de l’ECP et ses avantages auprès des parties contractantes, des organisations donatrices et des prestataires de services spécialisés dans le renforcement des capacités.

Entre autres suggestions, l’analyse recommande d’élaborer une stratégie révisée sur l’ECP qui décrive l’évolution de l’ECP, ou encore de nouer des partenariats de formation entre divers experts techniques de la communauté de la CIPV. L’évaluation souligne également que l’ECP est un processus objectif et cohérent qui permet d’évaluer et de mesurer les capacités phytosanitaires au niveau national. Répétée de façon régulière, l’ECP peut également contribuer à mesurer l’évolution des capacités et de l’aptitude des systèmes phytosanitaires nationaux au fil du temps.

Share this news

Subscribe

  • Don't miss the latest News

    If you have already an IPP account LOGIN to subscribe.

    If you don't have an IPP account first REGISTER to subscribe.